Reportages / Portrait d'Artisan

Au cours de l'année 2016/2017, Panorama photographie est partie à la rencontre d'artisans localisés dans la région de Montpellier.
Découvrez - nos différents portraits et faîtes nous parvenir vos découvertes et vos coups de cœur.
Portrait d'Artisan #1 - Les Petits Papiers de Flo - Édition du mois de Juillet 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Archives

 
Portrait d'Artisan #2 - Le Panier d'Aimé - Édition du mois d'Août 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Ce mois-ci, Panorama photographie est parti à la rencontre de deux loups solitaires, Raymond et Frédérique, deux challengers de la vie qui nous convient dans leur univers nommé « Pourquoi Pas ?».

 

De prime abord, tout semble opposer ces deux fortes personnalités qui nous accueillent le sourire aux lèvres dans leur boutique au nom atypique. Un tempérament de feu associé au calme et à la douceur de Frédérique. L'ouverture de leur établissement le 6 octobre 2016 a permis à ces deux perfectionnistes de partager une nouvelle aventure.

Raymond c'est l'univers de la terre, il travaille l'argile, tente de la modeler à sa guise tout en ayant conscience que cette dernière est vivante et qu'elle ne se pliera pas facilement à ses désirs. Issu de l'univers du bâtiment, l'amour du travail manuel et sa grande curiosité l'ont amené a expérimenter le monde de la céramique et de la poterie.

 

« Tout a démarré lorsque j'ai retrouvé un tour de potier. Depuis désormais trois années, je pratique quotidiennement cette passion qui nécessite beaucoup de patience et d'apprentissage. C'est grâce à internet que j'ai réussi à m'améliorer. J'ai du observer longuement des vidéos anglo-saxonnes afin de dompter la matière et les différentes techniques liées à cette pratique. »

 

Ces réalisations reflètent à merveille l'état d'esprit de son créateur. Des bols, des vases, des amphores, des diffuseurs, des maisons de fée, toutes les formes domptées sont des contenants, une vision nourricière de la matière. Nous avons eu un grand coup de cœur pour les bols d'inspiration japonaise nous évoquant la cérémonie du thé représentant bien ces idées de méditation et de patiente qui émanent des créations de Raymond.

 

 

 

«  Lorsque je crée des formes, c'est avant tout pour moi, selon mon envie du moment. Mon atelier est mon sanctuaire. J'aime le travail en série, j'essaye tous les types d'argiles, je me trompe, je recommence et j'apprends. C'est une approche sincère de la matière dans laquelle les clients s'identifient lorsqu'ils achètent une de mes créations. »

 

Là ou l'approche de la terre est essentielle au travail de Raymond, c'est plutôt la mer et ses trésors que convoite et met en valeur Frédérique. Ancienne gérante d'un gîte d'étape en Lozère, cette sportive de profession se considère comme un loup solitaire. Après avoir parcouru les marchés avec ses bijoux et ses bougies réalisés à la main, ce projet de boutique participative est une réelle opportunité pour Frédérique.

 

«  J'ai un amour pour la relation humaine. Le fait de pouvoir créer là ou nous vendons m'est très agréable. Je rencontre, je discute et tout cela me donne des idées, m'inspire pour mes créations. J'accorde beaucoup d'importance à l'échange . »

 

Frédérique sélectionne avec attention ses matières. Le sable fait parti intégrante de ses réalisations. Qu'il vienne de Corse, des rivières du Gorges du Tarn, de la Réunion, de Guadeloupe, des Maldives ou de Martinique, ce dernier raconte des histoires, évoque des souvenirs et nous incite à redevenir enfant l'espace d'un instant. Frédérique est une collectionneuse, elle ramasse, sélectionne au cours de ses différentes déambulations en plein air des galets, des coquillages, des matières qui lui évoquent des bons moments et qui l'inspirent.

«  Il est important de ne pas traumatiser la matière c'est pourquoi je la respecte et lui construit un écrin dans mes réalisations. »

Une boule en verre, une chaîne discrète, tout est mis en œuvre pour sublimer ces grains de sable qui retrouvent toute leur singularité une fois exposés dans la boutique. Vous trouverez également des marques-page, des portes-clefs et d'autres objets qui reflètent l'âme de sa créatrice. Concernant ses bougies, Frédérique préconise l'emploi de la cire de soja.

 

« La cire de soja est une des cires les plus naturelles et un des plus facile à travailler, c'est un réel engagement éthique. Il n'y a aucun parfum ni colorant dans nos bougies. Je valorise l'utilisation d'huiles essentielles lorsque la bougie est allumée. Raymond m'apporte ces créations que je conditionne par la suite (…) notre rencontre est issue de cette belle initiative. Chaque étape est un challenge et nous voulons y arriver

 

« Pourquoi pas ?» c'est aussi un engagement envers les artistes et les créateurs locaux. Après avoir mis en avant le travail de Mikaël avec ses mondes minéraux, c'est au tour de Sébastien Woznica, arborisculteur de mettre en avant ses sublimes sculptures d'arbres tout au long du mois de Février.

 

 

 

 

Lorsque nous avons échangé avec Raymond et Frédérique, nous avons été captivé par leurs histoires et par l'énergie qu'ils mettent dans leurs créations. Et des histoires nous en avons eu ! En passant par les différentes techniques de la céramique tels que l'engobage ou l'emploi d'émaux teintés, les récits de voyage des sables de Frédérique ou bien tout simplement par les bribes de récit de leur propre vie.

« Pourquoi Pas ? », tout simplement pour partager un moment d'échange sincère et chaleureux avec deux personnalités attachantes.

 

Rendez-vous au 7 rue de Gironne à Montpellier afin de découvrir cet univers haut en couleur.

 

Site internet – www.pourquoipas.fr

Facebook – Pourquoi Pas Montpellier Boutique d'Artisanat Local

  Portrait d’Artisan #6
        Pourquoi Pas ?
                  par Panorama photographie
                      
Édition du mois de Février 2017

 
Vous voulez participer
à notre aventure ?
Contactez-nous,
nous vous expliquerons
le déroulement de notre projet !

  Portrait d’Artisan #5
        Monsieur Laurent

                        -   

          Coiffeur Barbier
                  par Panorama photographie
                      
Édition du mois de Janvier 2017

 

Pour ouvrir cette saison 2017 de notre rubrique « Portrait d'Artisan », nous sommes partis à la rencontre de Laurent Garcia, co-gérant avec son épouse de l'établissement Monsieur Laurent – Coiffeur Barbier.

 

Créé en 1962 au cœur du centre-ville de Montpellier, ce célèbre salon spécialisé dans la coiffure homme et la barbe a su préserver l'âme de son fondateur Francis Huguiet. C'est le 10 Avril 1988 que Laurent intègre l'établissement en tant qu'apprenti. Après un CAP et un Brevet professionnel, il participe à de nombreux concours de coiffure spécialisés dans l'homme sous l'impulsion de son mentor. Ce qui a séduit Laurent c'est avant tout la sincérité de la démarche de Francis Huguiet et son désir de lui transmettre son savoir-faire ainsi que son savoir-être.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Lors de mon arrivée, la clientèle a su m'accueillir avec élégance. L'ambiance du lieu et le choix du mobilier m'ont rassurés. Ici, on respecte l'espace vital de chacun. C'est un métier qui prend du temps, que l'on apprend en regardant. On travaille sur l'être humain, c'est une matière qui vit et l'on se doit d'adopter une certaine conduite. Lorsque que l'on m'a remis les clefs du salon le 1er janvier 2002, je n'avais pas peur. En 14 ans d'expériences, j'avais tout acquis. C'est pourquoi je souhaite également transmettre mon savoir ainsi que cet état d'esprit. »

 

Cette notion de transmission a permis à Laurent de transformer cette attirance pour la coiffure au cours de ses débuts en une réelle passion pour ce métier. Cette année 2017 permettra également à Guillaume, futur apprenti d'acquérir cet héritage et de perpétuer ce qui semble être une très belle tradition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui nous a marqué lors de notre découverte de ce lieu c'est surtout l'ambiance qui y règne. On est accueilli par des meubles de 1972 réalisés sur mesure par des compagnons. La « Rolls Royce » des fauteuils de barbier de la marque «  Belmond » nous invite à la rêverie, Tonton Lucien et sa moustache nous observe d'un coin de son cadre tandis qu'une photographie de Georges Frêche au sein du salon trône sur un rebord de l'établi. Ici, on retrouve beaucoup de clin d'oeil du passé, tel que le distributeur de crème de la marque « Pento » ou bien une photographie d'un cireur de chaussure New Yorkais (souvenir offert par un client) qui nous rappelle l'ambiance de l'établissement. Pour autant, Monsieur Laurent – Coiffeur Barbier est toujours à la pointe de la technologie.

 

«  Depuis ses débuts, ce salon s'est toujours voulu « High Tech' »,

on tient à maintenir une cohésion entre le confort de travail ainsi que le confort esthétique.»

 

Le succès du salon s'explique par la confiance qu'ont les clients envers les conseils de ses propriétaires. Une clientèle qui se veut par ailleurs très éclectique. Que cela soit des personnalités politiques marquantes telles que Georges Frêche et Jacques Chirac, des célébrités telles que Fréderic Beigbeder et Johnny Hallyday, des touristes attirés par l'esthétique « rétro » du salon, c'est surtout des clients de tout âge, fidèles et habitués des pratiques proposées qui reviennent régulièrement chez Monsieur Laurent – Coiffeur Barbier.

 

« Certaines personnes viennent depuis 1962 c'est pourquoi j'aime a dire que ce salon ne m'appartient pas, c'est celui des clients. Ce lieu m'a adopté. Il a toujours su rester tel qu'il est, c'est sa force. On vient rire, passer de bons moments, on devient amis avec certains de nos clients. On nous invite aux communions, aux bar-mitsvas etc.  »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les personnes qui passent le pas de la porte de Laurent viennent tout d'abord se faire plaisir. Ils viennent chercher des conseils pour la barbe ou la coiffure qu'ils désirent mais également un soin.

 

«  Notre rôle est d'écouter leurs souhaits et de les ré-orienter si ces derniers ne sont pas réalisables. Une barbe c'est avant tout un accessoire et un confort non négligeable. Lorsque vous vous rasez, c'est une agression. Cela peu entraîner une perte de temps et des irritations (...) Le plus grand avantage d'une barbe c'est de laisser reposer la peau. Il faut cependant s'en occuper avec attention : la laver, la peigner et la soigner. »

 

L'épouse de Laurent a un attrait particulier pour l'usage de produits naturels non agressifs pour la peau et les poils. C'est pourquoi l'emploi de l'huile de lin avant toute intervention chirurgicale est préconisé et utilisé au sein du salon. Une barbe peut modeler la forme d'un visage, cacher ses aspérités, ses cicatrises et c'est pourquoi elle peut réellement affirmer une identité.

 

Notre rencontre avec Laurent aura été riche en échange et en apprentissage. Nous avons avant tout rencontrer une forte personnalité avant de découvrir un artisan passionné qui désire simplement mettre en avant son savoir faire et perpétuer l'âme de ce qu'il ne définit pas comme son salon mais le votre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous aussi vous désirez changer de tête et partager un moment de convivialité avec Laurent,

nous vous conseillons de prendre rendez-vous au 30 Rue Foch, 34000 Montpellier

Le mardi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h30

Du Jeudi au Samedi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h30

et enfin le Samedi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

 

Site internet – www.monsieurlaurent.com

Facebook - MONSIEUR LAURENT – Coiffeur Barbier

Portrait d’Artisan #4
        Casse - Bonbons
                  par Panorama photographie
       Édition du mois de Novembre 2016

 


Pour notre quatrième édition de notre rubrique Portrait d'Artisan,

nous sommes partis à la rencontre d’Armelle, instigatrice de la boutique Casse - Bonbons.

Une  ambiance   studieuse  règne  au cœur   de  cet atelier   ou la musique  se  mêle au bruit des aiguilles de la machine à broder. Après  une  brève   présentation  de  la  boutique  par   Armelle,  nous   débutons notre  interview   autour d' un   délicieux   café.

 Issue  du   milieu   de   la    communication et du marquage textile,   la   broderie et la couture apparaisse peu à peu comme une évidence  pour  Armelle. En   2009,  la  création de la marque Casse – Bonbons nait du désir de développer ses propres motifs
dans l'univers de l'enfant..

     « J'ai ressenti le besoin de m'éloigner des créations purement numériques afin de me rapprocher d'un travail beaucoup      plus manuel.  J'ai donc pris la décision de me former à la couture en autodidacte et de m'investir pleinement dans ce nouveau défi. »





























De fil  en   aiguille,  ce projet professionnel   s'affine pour s'établir définitivement au cœur du centre-ville de Montpellier en mars 2013. Armelle développe  son  graphisme,   crée  ses  propres   patrons, s'inspire des années 1920 à 1970 pour réaliser toutes ses collections.

                   «  Les tissus et les matières m'influencent formidablement, ils sont à la base de toutes mes conceptions.
  Je n'hésite pas à chiner, à voyager pour visiter des entrepôts et à utiliser des tissus d'époque afin de révéler ma personnalité et mes coups de cœur. C’est une recherche permanente afin de satisfaire mes attentes. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Exigeante dans ses réalisations,   Armelle  travaille   en petite quantité. Toutes ses pièces sont uniques ou en série limité. Elle a su convaincre avec des classiques indémodables  telle  que la   robe  trapèze  pour   les  filles  qu'elle   compare  à  une page   vierge permettant de révéler toute sa créativité.
      ( De notre côté, nous avons eu un réel coup de cœur pour les salopettes à bretelle dédiées aux garçons qui nous ont donné
        l'envie de gâter nos neveux pour Noël  ! Un des clients a même été jusqu'à demander s'il était possible d'en réaliser une
                                                                        pour adulte et on le comprend  !).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armelle   modernise   la   mode   enfant   de   la  naissance  jusqu'aux âges de 8 à 10 ans. La choix pertinent des matières ainsi que l'assemblage     judicieux   des    tissus     créent    une     cohérence   dans   cette  large  gamme   de  vêtements   et   d'accessoires. Deux  collections  par an  sont  rigoureusement   mises  en  places.   Vous trouverez également des cartables pour la rentrée de vos bambins  ou  bien  de   sublimes  bonnets  d'aviateurs  en   fourrure avec des  oreilles   d'animaux à croquer au cours de la période hivernale. Cette année la mode adulte   est également   mise a l’honneur au   cœur de la   boutique  avec la   ligne     « Melle Casse-bonbons » en collaboration avec Hélène Frances  de  «Melle Création » à Toulouse.

Casse - Bonbons   c'est aussi des partenariats  perspicaces   toujours liés au monde de l'enfant et du textile. On peut notamment y retrouver   les    créations   d'Ikan,   Mes pTits Sages,   Monade ou bien   les   Caprices   de   Louise.   Du porte   monnaie   brodé, aux doudous,  aux  guêtres   pour   l'hiver,   aux gilets  en   crochet   en passant par le costume du super héros à l'heure du goûter, vous trouverez toujours de bonnes idées de cadeaux  !


  « L'idée principale étant de faire plaisir et de se faire plaisir. C'est pourquoi j'accorde une importance primordiale aux finitions et à la cohérence de ma boutique. Mon métier est une réelle passion et je suis heureuse lorsqu'on me conte le récit de mes vêtements. Une fois trop petits pour l'enfant, ces derniers restent dans la famille, sont donnés aux amis ou bien servent de décoration. Cette transmission est pour moi, la meilleure des récompenses.  »
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Passionnée,  souriante   et  accueillante, Armelle reflète à la perfection le contenu de son établissement. Aventure de toute une vie,
 Casse – Bonbons correspond tout à fait à notre quête d'endroits personnalisés, uniques et magiques.

Si  vous  aussi  vous  désirez acquérir les merveilleuses créations d’Armelle,
nous vous invitons fortement à déambuler au
2 rue de la carbonnerie à Montpellier
du mardi au samedi de 10h00 à 19h00.

Site internet - www.casse-bonbons.com
Facebook - Casse bonbons

Portrait d’Artisan #3
Joséphine - Artisan fleuriste
             par Panorama photographie
                 Édition du mois de Septembre 2016

 

Pour notre troisième  édition de notre rubrique Portrait d'Artisan,
nous sommes partis à la rencontre d’Émilie, gérante de la boutique
Joséphine - Artisan fleuriste.

C’est  en  poursuivant   un   sublime    rayon  de  soleil  illuminant    la  vitrine  de l’atelier Joséphine – Artisan fleuriste que
nous sommes accueillis par la gérante de cet établissement.

Installée depuis trois ans dans une boutique idéalement située au cœur du centre ville de Montpellier,  Émilie  nous    évoque
son parcours dans la  capitale  française  avant  de  s’installer  définitivement  dans  sa  ville  natale afin de faire partager son
savoir-faire à tous les montpelliérains.



















 

 

L’ambiance de cet atelier reflète la personnalité souriante et passionnée d’Émilie.
Une atmosphère champêtre aux couleurs pastelles et douces émane de cet espace  de  création  sublimé  par une architecture
composée  de pierres  apparentes.   En plus d’une vitrine  quotidiennement modifiée selon son en vie,  Émilie tient  à  aller  à
la rencontre des différents producteurs afin de renouveler deux fois par semaine ses propositions florales.

Nous avons été particulièrement sensible à son engagement  envers  le  respect  de  la  saisonnalité  des  fleurs.  Il  n’y  pas de
chambre   froide   chez   Émilie. Le circuit est le plus court possible  afin de préserver au mieux  la qualité  et  la   durée de vie
des    différentes    fleurs.    Concernant     leur   entretien, Émilie    préconise    une    eau     propre    et  fraîche    renouvelée
tous les deux jours.

« Il doit y avoir une harmonie esthétique lors de la sélection des différentes fleurs. J’aime également à favoriser un équilibre
 entre les différents parfums. Chaque fleur a son identité mais aucune ne doit éclipser ses voisines. Chaque création compte
                                                              pour un ensemble personnel, unique et solidaire
. »

 

 

Et côté création,  Émilie   n’est pas en reste. Que cela soit pour la réalisation de  sapins    atypiques lors de la  venue  de  l’hiver ou
bien la confection de couronnes de fleurs séchées   pour agrémenter   des   miroirs,  Émilie  n’hésite  pas à  partir à la rencontre de
la nature et à ramasser elle-même des ornements afin de trouver  son  inspiration. En  passant le  pas  de sa porte, vous  trouverez
toujours des conseils avisés et personnalisés.  

       « La meilleure rencontre c’est la personne qui a une idée imprécise, qui me laisse l’orienter vers une création qui peut être
                       totalement différente de son envie initiale et qui revient quelques jours plus tard pour me remercier.
»

La confiance qu’a pu établir   Émilie   avec   sa clientèle témoigne de son implication professionnelle et personnelle.   Pour preuves,
au  cours  de notre venue,   Émilie  s’attelait    à  la  confection  d’une couronne de mariée dont  l’heureuse élue  allait  découvrir le
sublime résultat quelques heures avant la cérémonie.

     « Nous avions discuté de la gamme chromatique voulue et je lui ai évoqué les différentes fleurs qui me semblaient les plus
         appropriées à sa personnalité.  (…) C’est un travail minutieux qui nécessite l’emploi de fleurs fraîchement coupées puis
                                                                assemblées soigneusement entres elles.
»




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La  renommée de cet atelier doit tout à la personnalité attachante de sa gérante ainsi qu’aux retours comblés des différents clients.
Que cela soit pour vous faire plaisir, pour offrir ou tout simplement pour discuter, nous vous recommandons sincèrement de venir
à la rencontre d’Émilie et de ses créations florales.

 

Si  vous  aussi  vous  désirez  découvrir de magnifiques créations réalisées avec passion
et sincérité, il vous suffit de vous rendre au 
2 Rue Draperie Saint-Firmin
à Montpellier, du mardi au samedi de 10:00 à 20h00.

Site internet - https://josephine-fleuriste.com/



 

 

Portrait d’Artisan #2
Le Panier d'Aimé
             par Panorama photographie
                 Édition du mois d'Août 2016

Pour notre seconde  édition de notre rubrique Portrait d'Artisan,
nous sommes partis à la rencontre de James, gérant de l’épicerie fine  Le Panier d’Aimé.


 

Encore  une  fois,  un  café  ainsi  qu’ un délicieux petit chocolat étaient de mise pour cet entretien volé entre la venue des clients
dans l’épicerie fine.

Ouvert  avec  sa  femme  en  Octobre  2012,  James  n’ aura  de cesse  d’ apprendre de son métier. Réthais d’origine, son parcours
professionnel en dit long sur son goût pour l’aventure et sur l’importance qu’occupe son histoire familiale.

C’est  au  Marais  Poitevin  que  débute  son  engagement  pour  le  développement  du  patrimoine  au  sein   d’  une   entreprise
touristique.  James  a  besoin  d’inventer  son  métier, il se définit lui-même comme un « créateur d’entreprise » et non comme un
 chef d’entreprise.  Il  poursuivra  son  aventure en duo avec sa femme dans les Pyrénées Orientales où ils ouvriront une librairie.
Toutes ces années d’histoires,  d’apprentissage et de rencontres aboutiront sur l’ouverture de cette épicerie fine dont bon nombre
de montpelliérains raffole.












 

On comprend qu’en rentrant au Panier d’Aimé il s’agit de la concrétisation de toute une aventure.
Lorsqu’on évoque le prénom emblématique de cette épicerie, la référence au grand père de James n’est pas loin.
La librairie régionale mise en place à l’arrière de l’épicerie est une référence directe à la passion de la femme de James ainsi  qu’à
son  ancien métier. Lorsque nous terminons notre café par un délicat chocolat (nous sommes gourmands !),  on remarque que ce
dernier provient de l’Île de Ré et qu’il est issu de la chocolaterie du neveu de James.

Et des produits ce n’est pas cela qui manque ! Localisés pour la plus grande majorité jusqu’à 150 kilomètres de Montpellier, cette
épicerie fine de terroir qui comptabilise désormais plus de 2000 références comblera tous vos besoins pour recevoir votre famille,
vos amis ou pour vos propres papilles. Apéritifs, aides culinaires, épices, vins, terrines, cuisines gourmandes etc…  De quoi palier
toutes vos envies ! L’offre du Panier d’Aimé va également s’agrandir suite au départ en retraite de  Monsieur  Pinto qui a transmis
certains de ses contacts à James.


 

« On se doit de raconter et de connaître l’histoire du produit afin de pouvoir le sélectionner.
Que cela soit à travers les gens qui le font, à travers le goût où bien à travers les émotions que nous souhaitons communiquer
dans notre épicerie. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Si  James  aime  et  apprend  toujours de ses échanges et de ses expériences, il a également le goût du partage. En effet, il a mis en
place des ateliers découvertes  afin  de  valoriser  ces  produits  d’exceptions  dont la  qualité n’est plus à démontrer. De notre côté,
nous  avons  succombé  au  saucisson  de  taureau  ainsi  qu’aux  rillettes de poisson de Normandie…  et  pour  le  vin,  nous  vous
recommandons les conseils avisés du propriétaire.

Le succès de cette épicerie de quartier a valu bien des aventures à son propriétaire. Si la curiosité de James le pousse toujours à se
déplacer pour découvrir de nombreux produits,  cette  dernière  est  de  nombreuses  fois  piquée par l’envoi d’échantillons… C’est
ainsi que James et sa femme se sont retrouvés à tester, pour notre plus grand plaisir, des criquets et des vers aromatisés aux épices
 qui leurs ont laissé un souvenir mitigé.    

Passer le  pas  de  porte  du  Panier  d’Aimé  c’est surtout  partir  à  la rencontre  de  personnes  généreuses  qui  témoignent  d’un
engagement fort envers le commerce de proximité et le développement des produits du terroir.


 

Et  si  vous  aussi  vous  souhaitez  vous  rendre  dans  cette épicerie,
nous vous donnons rendez-vous au 6 Rue du Plan du Palais à Montpellier
du lundi au samedi de 9h30 à 19h00.

Site internet - http://www.lepanierdaime.fr/
Facebook - Le Panier d’Aimé

Portrait d’Artisan #1
Les Petits Papiers de Flo
             par Panorama photographie
                 Édition du mois de Juillet 2016

La clef du succès de cette épicerie fine est directement liée au plaisir de son propriétaire. James est client avant d’être commerçant.
C’est pourquoi il tient à tester tous ses produits, à rencontrer les producteurs et à partager ses découvertes.
Nous  n’ avons pas échappé à la présentation de ses différents poivres (un coup de cœur !), à l’histoire du safran rouge ainsi qu’à la
 confection du vin Ballade  en  Straminer.  James  et  sa  femme  sont  avant  tout  des  touristes, des voyageurs et des gourmands !


 

Pour notre première édition de notre rubrique Portrait d'Artisan,
nous sommes partis à la rencontre de Florence, créatrice de la boutique Les Petits Papiers de Flo.

C'est  autour  d'un  café  matinal  que  nous  découvrons  une  personnalité  souriante et amicale. Collectionneuse compulsive,
rêveuse diurne,  Florence  accumule dès son enfance des inspirations diverses.  Elle  dessine,  peint,  écrit,  subjuguée  par  les
motifs,  les couleurs et les formes qui l'entourent.  La  compilation  de  carnets  comme  source  de  création  devient  vite  une
évidence.  C'est  d'ailleurs  aux  Beaux  Arts  de  Montpellier que Florence prend conscience de la valeur de ses archives. Elle y
étudie la photographie, côtoie le monde de l'art, pour finalement se lancer en solitaire dans l'aventure de l'artisanat.

Au  détour  d'une  recherche  anecdotique, Florence  trouve l'emplacement de sa future boutique.  C'est  soutenue par un père
collectionneur de livres anciens,  une  sœur  relieur,  ainsi  que  par  un  cercle amical convaincu de son talent que Les Petits
Papiers de Flo
voient le jour le 1er décembre 2007. 



 

Lorsque nous entrons, nous sommes interpellés  par le nombre  conséquent  d'objets  présents  dans  cette  boutique intimiste.
C'est plus d'une centaine  de  créations  auxquelles  nous  sommes confrontées : carnets, bagues, boucles d'oreilles, guirlandes,
magnets, badges, boîtes, portes clefs, etc...  Toutes  réalisées  à  la  main.  On  comprend  très vite que le papier est une source
d'instigation  centrale  pour  Florence.   Ces   «   carnets  de  vie  »  comme elle aime à les nommer puisent leurs origines
dans de nombreux  pays :  Canada,  Espagne,  Népal,  Inde,  Japon  etc... Au final c'est un papier issu de plus d'une dizaine de
provenances dont Florence se sert. Des inspirations qui ont évoluées en même temps que son propre parcours.

Sa maîtrise, Florence  l'a  acquérie au fil des années.  Répartis entre son atelier personnel et celui présent dans l'enceinte de la
boutique,  les   objets   exposés   au   sein  de  la  boutique  Les Petits Papiers de Flo  n'ont  pas  qu’une finalité esthétique.  
Le  graphisme,    les   couleurs   ainsi   que   les   motifs   ont   assurément   une   place   primordiale ;  Il  n' empêche  que  ces
derniers   n'oublient   pas  d'être  des  objets  utiles  dont le sens  tactile   fait  partie  intégrante  du  processus  de  réalisation.  
On  pénètre  dans son atelier par hasard, par habitude ou bien tout simplement par curiosité.  On  se renseigne sur son métier,
ses inspirations mais on peut également exprimer ses envies.

Lorsque vous manipulez les créations de Florence,  vous  pouvez  être  certain  que  ces  dernières contiennent un supplément
d'âme. Florence crée pour elle-même, elle vous lègue son histoire et révèle la votre.  Et  des souvenirs, Florence en a partagé !
C'est ainsi qu'un carnet se transforme au gré des pages en écrin pour une demande en mariage. Une simple incision circulaire
permet d'accueillir une bague de promesse. Ces participations furtives à ces récits ainsi que sa liberté de création permettent à
Florence de s'épanouir pleinement dans ses réalisations. Elle vous écoute, vous invite en coulisse et rédige vos souhaits.
Entrer chez Florence c'est s'accorder un aparté et partager des fragments de récits.

Si  l'ouverture  de  cet  atelier  désormais  incontournable  dans  le  paysage  Montpelliérain  apparaît  de prime abord comme
un  heureux  hasard,  nous  sommes  persuadé  que  le  parcours  de  Florence a toujours fait écho à son amour pour le papier,
sa personnalité ainsi que son attrait pour les histoires.

Et  si  vous  aussi  vous  souhaitez  vous  perdre  dans  cet Atelier à souvenirs,
nous vous invitons fortement à vagabonder au 8 rue Vallat à Montpellier
du mardi au samedi de 10h30 à 13h00 puis de 14h00 à 19h00.

Site internet - http://www.lespetitspapiersdeflo.com/
Facebook - Les Petits Papiers de Flo